Améliorer vos performances en course à pieds avec ces deux conseils que vous ne trouverez nulle part ailleurs.

Vous vous entraînez comme un diable 6j/7 et votre classement en compétition n’évolue pas comme vous le souhaitez ? Vous essayez tous les régimes sportifs qui existent et rien n’y fait, vous perdez pieds toujours au même moment en compétition ? Lorsque vos concurrents vous doublent, vous avez tendance à perdre (un peu) votre motivation ? Vous aimeriez avoir un mental sans faille lorsque vous courrez, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente ? Vous aimeriez garder cet esprit bestial qui vous rend plus fort pendant certaines séances ?

Alors arrêtez tout, j’ai peut-être deux solutions simples à vous proposer.

 

 

 

A défaut d’être un grand sportif, je suis un grand lecteur et j’épluche les livres liés à la performance sportive et aux capacités insoupçonnées du corps et de l’esprit depuis plus de 10 ans.

 

J’ai englouti tout un tas de bouquins sur ces sujets à la recherche d’une réponse qui n’existe pas :
Comment être chaque jour une meilleure version de soi-même ?
Car finalement, quel que soit notre niveau sportif, l’important est d’être chaque jour meilleur que la veille.

 

Je me suis documenté sur la méthode naturelle*, le Crossfit*, la musculation traditionnelle*, le street workout*, le parkour, le trail*, l’ultra-trail et même les courses d’obstacles.

 

Lorsque j’étais militaire, pendant plusieurs années, j’ai encadré des séances de course à pied dans le but de rendre nos soldats, plus forts et plus endurants (l’histoire ne nous dit pas si cette mission fut une réussite ou non), car je ne sais pas si vous le savez, mais LE sport de l’armée française c’est la course à pied, à un tel point, qu’on pourrait croire que nous nous entraînions à fuir.

améliorer ses performances en course à pied

Aujourd’hui je n’ai pas envie de vous parler des différents types d’entraînement, ni de l’importance de l’alternance d’allure, d’aérobie ou encore de la foulée.

Je n’ai pas envie non plus de vous parler de régimes alimentaires comme le Paléo ou encore le régime méditerranéen pour améliorer vos résultats en course à pied.

Aujourd’hui j’ai envie de traiter d’un sujet qui me passionne encore plus, la psychologie du sportif.

Comme nous le savons tous, le fossé qui se trouve entre notre réussite et notre échec se trouve… dans notre tête.

En effet, notre cerveau est programmé afin de toujours nous orienter vers la solution la plus simple, la plus atteignable et c’est ainsi que l’être humain a su survivre et s’adapter années après années.

Au-delà de la volonté de réussir et sans parler de nos croyances limitantes, voici deux éléments qui peuvent vous permettre de modifier votre état d’esprit pendant une course et peut-être de faire la différence.

Évidemment, il ne tient qu’à vous de tenter l’expérience et d’en tirer vos propres conclusions.

1/ L’impact de la couleur sur votre état d’esprit.

Comment choisissez-vous vos vêtements et vos accessoires avant une course ?

Peut-être procédez-vous à un rituel superstitieux (aucun jugement de ma part) qui vous oblige à porter exactement les même vêtements et accessoires à chacune de vos courses.

Peut-être choisissez-vous vos vêtements en fonction de leurs capacités techniques, soft Shell, respiration, compression, évacuation/séchage.

Peut-être n’êtes-vous habitué qu’à une seule marque et vous ne pouvez pas en changer ?

Très bien.

Et si nous nous penchions sur un élément dont personne ne parle jamais, la couleur de vos vêtements et accessoires.

Depuis la nuit des temps, votre cerveau associe de façon inconsciente des couleurs à des émotions, à des dangers ou même à des sentiments.

J’en veux pour preuve les experts du marketing qui savent pertinemment utiliser les couleurs pour que vous compreniez instantanément et de façon inconsciente qu’un emballage couleur carton avec quelques couleurs chaudes ou vert contient un produit issu de l’agriculture biologique ou durable.

Notre cerveau a assimilé les messages induits par ces couleurs et aujourd’hui, toujours de façon inconsciente, ces couleurs impactent notre quotidien.

 

 

Les scientifiques s’accordent à dire que la couleur du leadership, de la performance et de la confiance en soi est :

Le rouge !

 

 

En effet, différentes études démontrent que lorsque nous portons du rouge notre rythme cardiaque est plus élevé, notre pression artérielle est plus forte ainsi que le nombre de battements de nos paupières est plus élevé.

En lutte Gréco-romaine, depuis 1896 jusqu’au début des jeux olympiques modernes, 67 % des combats sont remportés par le lutteur habillé en rouge, idem en Taekwondo.

Lorsque nous portons du rouge, notre cerveau et celui des autres nous assimile au leader.

Ce qu’il faut retenir, c’est que chaque couleur actionne une zone spécifique de notre cerveau.

Le rouge est la couleur qu’il faut porter lors d’une compétition sportive.

 

Les autres nous voient plus fort et nous nous voyons également plus fort.

Alors petit conseil, gardez vos t-shirts noirs et blancs dans votre tiroir et partez à la conquête des podiums dans un rouge éclatant !

Si vous souhaitez en savoir plus sur la puissance des couleurs, je vous invite à regarder cette conférence Tedx sur le pouvoir des couleurs.

 

 

2/ Le chasseur sachant chasser sait courir.

 

 

Comme je vous l’ai rappelé avec l’importance du choix des couleurs pour votre garde-robe sportive, le cerveau a intégré en lui un certain nombre de réflexes inconscients.

Prenez par exemple, la peur.

devenir meilleur en course à pied

Lorsque vous avez peur, votre rétine se dilate, votre rythme cardiaque s’accélère, vos muscles se tendent, vous hyperventilez et de façon complétement inconsciente vous redirigez votre sang des organes digestifs vers les muscles.

Pourquoi ?

Parce que lorsque votre rétine se dilate, elle permet à votre œil de développer son acuité et donc de voir mieux et plus loin pour identifier d’autres dangers.

Vos muscles se tendent, vos poumons chargent votre sang en oxygène pour offrir à votre corps les outils nécessaire pour fuir ou pour combattre.

Tous ces réflexes de survie se trouvent au même endroit, dans votre cerveau reptilien, le cerveau dit ancestral, celui qui régit nos fonctions vitales, nos besoins naturels ainsi que nos instincts primitifs (comme la peur).

 

 

L’une des facultés de l’Homme qui lui a permis de se hisser au sommet de la chaîne alimentaire est sa formidable capacité d’endurance.

En effet, nous avons passé 95 % de notre histoire à courir après notre repas ou à courir pour ne pas devenir le repas d’un autre.

Évidemment, aujourd’hui nous ne courrons plus pour notre survie (quoi que…).

Notre cerveau primitif se conditionne de façon différente que nous soyons la proie ou le chasseur.

améliorer son chrono en course à pied

Lorsque nous courrons pour le plaisir ou pour la compétition, pour une raison que j’ignore (bien que je puisse émettre quelques hypothèses), notre cerveau se positionne automatiquement sur proie ou chasseur. Vous avez déjà remarqué que d’un jour à l’autre, sur le même parcours, la même distance et la même allure vous ne subirez pas du tout de la même façon votre séance.

Ceci est certainement dû à la position de votre cerveau reptilien sur ON ou OFF (chasseur ou proie).

Alors comment passer de proie à chasseur ?

La première étape consiste à prendre conscience du mode dans lequel vous êtes. Pour en prendre conscience, il vous suffit de savoir si vous souffrez plus que d’habitude sur ce type d’effort.

La deuxième étape consiste à vous focaliser sur vos yeux et votre vision. En effet, lorsque vous êtes en mode proie, votre champ de vision rétrécit de façon à créer un tunnel de vision et généralement, vos pensées sont tournées vers vous, vers l’intérieur.

Pour réussir à basculer du mode OFF au mode ON, vous devez rouvrir votre regard vers votre environnement. Prendre conscience des détails qui vous entourent, comme si vous étiez à la recherche de quelque chose de précis se trouvant dans le décor. En procédant ainsi vous indiquez à votre cerveau que vous basculez du mode chassé au mode chasseur.

 

En compétition, prenez l’habitude de toujours traquer la personne qui se trouve devant vous ainsi vous vous trouverez toujours en position de chasseur.

améliorer votre chronomètre

 

Si vous n’avez jamais de concurrents devant vous, vous n’avez rien à apprendre de mes recherches😊

 

Vous l’avez compris, au-delà de l’entrainement physique pur et inévitable pour performer, d’autres éléments peuvent vous permettre de transformer votre expérience de course.

Portez du rouge et passez en mode chasseur !

©PHOTOPQR/LE DAUPHINE ; Grégory YETCHMENIZA / Le Dauphiné Libéré / Photopqr
CHAMONIX (HAUTE-SAVOIE) LE 28 JUIN 2014
CHAMPIONNAT DU MONDE DE SKYRUNNING A CHAMONIX
MARATHON DU MONT-BLANC
SUR NOTRE PHOTO : KILLIAN JORNET S’IMPOSE SUR LE MARATHON DU MONT-BLANC (MaxPPP TagID: maxsportsworldtwo167814.jpg) [Photo via MaxPPP]

 

J’aimerais connaître les astuces personnelles que vous utilisez dans votre quotidien de coureur et/ou de compétiteur, quels sont vos rituels, vos croyances ? Commentez directement cet article en bas de page !

Merci !

 

Sources :

  • “Tous des Héros” Christopher Mcdougall
  • “Sapiens” Yuval Noah Harari
  • “Born to run” Christopher Mcdougall
  • “Courir ou Mourir” Kilian Jornet